Ah, cette fameuse préoccupation! Après des années de régimes et de contrôle du poids, c’est normal d’avoir peur de prendre du poids. Je te rassure immédiatement : ton corps et ton poids ne sont PAS les problèmes. Le problème est systémique. Le problème relève plutôt de l’idée que notre société grossophobe se fait du poids. 

 

PS: La grossophobie n’est pas le sujet de cet article, mais si tu es curieux·se, je t’encourage fortement à lire l’article d’Edith Bernier :C’est quoi, la grossophobie ? • Grossophobie.ca – Infos & référence.  

 

La stigmatisation et la discrimination vécues par les personnes grosses peuvent être internalisées. C’est ce qu’on appelle la Grossophobie internalisée. La volonté profonde de perdre du poids découle probablement (et inconsciemment) de cette grossophobie internalisée; du désir d’être accepté.e, de succomber à cette pression sociétale, de “fit in”. Rien de plus compréhensible.

 

 Peur de prendre du poids : tu n’es pas seul·e

 

Je t’entends. Je reconnais ton ambivalence. D’un côté, on n’est PLUS CAPABLE (pis je le mets en majuscules, en gras, souligné, tout ce que tu voudras!) des régimes et des restrictions alimentaires. D’un autre côté, on ne voudrait SURTOUT PAS prendre du poids. En d’autres mots, tu veux (re)devenir un·e mangeur·se intuitif·ve, tout en contrôlant ton poids. 

 

Mettons cartes sur table : l’alimentation intuitive n’est PAS un autre moyen pour contrôler ton poids. 

 

À ce sujet, je t’encourage à lire un de mes articles de blogue: Alimentation intuitive et ton poids. 

 

La vérité est que nous n’avons aucune idée de ce qui adviendra de ton poids. 

 

Cette phrase peut susciter toutes sortes d’émotions chez toi. C’est correct. C’est humain. En parler avec des personnes qui ne jugeront pas peut-être aidant. 

 

Ton corps est possiblement confortable à un poids où ta tête n’est pas confortable. Ton corps fait une bonne job pour te garder en vie. Challengeons les systèmes d’oppression qui nous font croire le contraire au lieu de blâmer notre corps.

 

Qu’est-ce qui influence notre poids?

 

Le poids est déterminé par une multitude de facteurs bien souvent insoupçonnés. 

 

Le facteur ayant la plus grande portée est la génétique; 70% de ton poids est déterminé par l’hérédité (1). Et oui! Tant que ça!

 

Les autres facteurs d’influence (pour n’en nommer que quelques-uns) sont :

 

  • l’âge
  • les hormones
  • le stress
  • la grossesse
  • les maladies
  • les médicaments
  • l’environnement
  • la stigmatisation
  • les régimes à répétition 

 

Bref, la grande majorité de ton poids est déterminée par des facteurs incontrôlables et non-modifiables. Je t’invite, si c’est accessible pour toi en ce moment, à le voir comme une libération pour mieux comprendre et non comme une fatalité.

 

Apprendre à faire confiance

 

D’un point de vue personnel, on peut développer une relation neutre ou positive avec son corps. Le corps va TOUJOURS chercher son équilibre, son poids confortable. Ça nous revient de réapprendre à lui faire confiance et à le respecter. Ce n’est pas en détestant quelque chose que nous avons envie d’en prendre soin, n’est-ce pas? 

 

La première étape pour (r)établir une relation saine et de confiance avec ton corps est de questionner le désir de contrôler le poids. Vouloir contrôler son poids et s’imposer des règles ou restrictions alimentaires (Attention!! J’exclue, évidemment, les restrictions nécessaires dans les cas d’allergies ou de conditions médicales, comme la maladie coeliaque) augmentent les risques de pensées obsessives et de compulsions alimentaires. En plus, ça nous déconnecte de notre corps. 

 

En gros, non, les régimes ne fonctionnent pas. 

 

Psst! Si tu as peur de perdre le contrôle sans régime, je te recommande de lire l’article “Et si je perdais le contrôle?” 

 

Une alternative aux régimes : l’alimentation intuitive

 

À long-terme, et les études le démontrent, un contrôle du poids par la restriction conduit à un gain de poids. Evelyn Tribole, diététiste et co-auteure avec Elyse Resch du livre Intuitive Eating, nous le rappelle bien (traduction libre) :

 

 “95% des personnes qui font une diète échouent, et si elles ont réussi à perdre du poids, les ⅔ de celles-ci reprennent le poids perdu et encore plus.”(2) 

 

L’alternative démontrée comme efficace dans la littérature et observée dans ma pratique est de commencer à faire confiance à son corps et de ressentir la liberté et le plaisir de manger. 

 

Imagine le soulagement ressenti par la libération de toutes ces règles alimentaires que tu t’es imposées avec les années! 

 

✲ FINIES les pensées obsessives sur le poids et sur la nourriture; celles qui t’empêchent de vivre pleinement. 

 

✲ FINIS le stress entourant la préparation des repas. 

 

L’alimentation intuitive est reliée à une relation plus saine avec la nourriture, une image corporelle positive, un respect de ses émotions et son corps et un bien-être physique et mental. (3) 

 

Tu es curieux·se? 

 

Nourrir son corps dans la bienveillance et dans le respect, en se donnant le droit inconditionnel de manger, peut te sembler irréalisable. J’entends tes craintes. Laisse-moi être te guider vers une alimentation de plus en plus intuitive. Laisse-moi te supporter et t’offrir des outils pour développer une relation harmonieuse avec ton corps, avec ton poids, avec la nourriture. 

 

Tu es intéressé·e à en savoir davantage sur l’alimentation intuitive?

 

Viens en apprendre plus dans ma mini-série gratuite sur l’alimentation intuitive. Toutes les infos ici pour t’inscrire.

 

Merci à Harmonie Guérin, stagiaire en nutrition de l’Université d’Ottawa, pour sa précieuse collaboration à la rédaction.

 

Références : 

 

  1. Harrison, C. (2019). Anti-diet: Why obsessing over what you eat is bad for your health (1st ed.). Little, Brown Spark.  
  2. Intuitive eating: The anti-diet, or how pleasure from food is the answer, say its creators – CNN
  3. https://www-sciencedirect-com.proxy.bib.uottawa.ca/science/article/pii/S0195666315300635?via%3Dihub
Share This