Introduction Alimentation intuitive | Atelier gratuit avec Marilou Morin Dt.P. | Inscriptions en cours
INSCRIPTIONS

Photo de Zackary DruckerThe Gender Spectrum Collection

Tu as lu mon dernier article sur ce qu’était le concept de manger ses émotions et tu t’es sûrement dit qu’il y avait une limite à ce que ce soit normal. Laisse-moi t’en parler davantage.

Petit mot sur la pandémie

 

On voit avec la pandémie un changement dans nos habitudes alimentaires et une augmentation des cas de troubles des conduites alimentaires. Bernard Lavallée et Catherine Lefebvre en ont d’ailleurs parlé sur leur podcast (épisode #28). 

 

Compréhensible lorsqu’on réalise que nous vivons tous un stress chronique, un traumatisme, avec ce foutu virus. Le corps est en réaction et nos émotions sont intenses. Nous sommes à fleur de peau et notre sommeil est affecté. 

 

Nous avons perdu nos repères et sûrement plusieurs de nos moyens pour prendre soin de nous. Ayons de la compassion envers nous-même. Ce n’est pas rien ce que nous sommes en train de vivre.

 

Je t’en parle davantage dans mon article Coronavirus – ta bouffe, tes émotions, ton poids et dans la prochaine section.

Manger ses émotions

Observe la résilience de ton corps

 

Une personne qui aura vécu des événements éprouvants dans sa vie comme de la négligence, de l’insécurité alimentaire, de l’abus, un deuil, la maladie, de l’intimidation ou encore une pandémie (allô 2020!) ou des régimes à répétition va voir sa relation à la nourriture affectée.  Le corps a cette forte aptitude à s’adapter à ces évènements et se tourner vers la nourriture comme coping mechanism (mécanisme de survie). Il est incroyablement résilient. 

 

Dans sa récente entrevue avec Christy Harrison sur le podcast Food Psych, Lindo Bacon va même jusqu’à célébrer ce mécanisme de survie. Utiliser la nourriture pour répondre à des besoins non satisfaits est parfois le seul moyen qui procure satisfaction et bien-être à court terme. Remarque qu’on parle ici de réponse à court terme. Maintenant, que peut-on faire pour répondre à nos besoins à long terme?

 

Plusieurs client.e.s me disent que les aliments leur permettent de combler un vide ; pas à l’estomac, à l’âme! La nourriture devient une amie qui sait comment les apaiser dans les moments où ça ne va pas. Parfois, les émotions sont si fortes et inconfortables que les aliments (ou l’absence de) sont aussi utilisés pour les engourdir, ne plus les ressentir. Rien de plus normal que de vouloir manger quand on vit des émotions! Le corps sait ce qu’il fait.

 

À quel moment ça devient un problème?

 

Manger n’est pas le problème ici. C’est plutôt la culpabilité, la honte, le besoin de contrôler, compenser et se restreindre qui l’est. On ne peut pas arrêter de manger, c’est vital! 

 

Toutefois, on peut explorer :

 

  • comment les aliments nous aident à répondre à nos besoins et émotions
  • pourquoi c’est parfois le seul moyen disponible ou identifié
  • pourquoi se tourne-t-on sensiblement toujours vers les mêmes aliments (spoiler : ce sont souvent des aliments qu’on s’empêche de manger habituellement ou qu’on limite)
  • quels sont les autres outils à ajouter dans notre boîte à outils pour prendre soin de soi.

 

Se sortir de sa tête pour se connecter à son corps et ressentir ses besoins et ses émotions n’est pas nécessairement facile. Surtout lorsqu’on est déconnecté.e depuis si longtemps, qu’on a perdu confiance en notre corps ou qu’on a vécu des évènements traumatisants. 

 

Si l’idée de ressentir tes émotions te fait paniquer ou encore tu as de la difficulté à te connecter à ton corps de par des évènements passés éprouvants, sache que tu n’es pas seul.e là-dedans et qu’il existe des ressources pour t’aider (une liste est disponible à la fin de cet article).

 

Tu fais quoi maintenant? 

 

  1. Tu te donnes une bonne dose de compassion et te rappelles que tu es humain.e.
  2. Tu te donnes du lousse et te permets de vivre tes émotions et manger.
  3. Tu t’inscris à mon nouvel “Atelier Manger en Harmonie avec mes émotions” où on va aller plus loin et travailler ensemble pour que tu puisses identifier TES outils pour prendre soin de toi, répondre à tes besoins et observer tes émotions avec bienveillance. 

 

L’atelier aura lieu le 10 décembre de 10h à 12h HNE en direct de Zoom (l’enregistrement sera disponible si tu ne peux pas y être en direct).

Atelier Manger en Harmonie avec mes émotions

Ressources gratuites pour t’aider :

 

  • Info-Social – Par téléphone #811
  • Ordre des Psychologues du Québec – https://www.ordrepsy.qc.ca/
  • Info-AidantService pour les proches aidants d’aînés, leur entourage, les intervenants et les professionnels de la santé – Par téléphone : 1 855 852-7784
  • Tel-Aide – Par téléphone : 514-935-1101
  • Tel-jeunes – Par téléphone : 1 800 263-2266
  • Ligne Parents – Par téléphone : 1 800 361-5085
  • Jeunesse, J’écoute – Par téléphone : 1 800 668-6868
  • Tel-Aînés – Par téléphone : 514-353-2463 (ou le 211 à Montréal)
  • Ligne d’intervention et de prévention du suicide provinciale – 1 866 277-3553 (1 866-APPELLE)
  • SOS violence conjugale – Par téléphone : 1 800 363-9010

 

Merci à Claudia Guy pour sa précieuse collaboration à la rédaction de cet article.

Share This