Tu peux m’écouter te lire ma publication si tu préfères. Tu n’as qu’à cliquer sur l’onglet « play ».

Chaque fois que je dis que je suis diététiste-nutritionniste (psst au Québec, les 2 titres veulent dire la même chose et sont protégés par l’OPDQ), j’entend « ah tu sais bien manger toi! » ou « peux-tu me faire un petit plan? J’ai 10-15 livres à perdre ». Bon, je dois mettre les choses au clair. 

 

Expertises des diététistes-nutritionnistes

 

Premièrement, il faut savoir que le champ d’expertise des diététistes-nutritionnistes est large : pré/post opératoire, oncologie, gériatrie, pédiatrie, sportif, allergies, diabète, maladies rénales, hépatiques, gastro ou coronarienne, etc. Ça c’est juste en nutrition clinique! Mais nous sommes aussi dans les médias, en pharmaceutique, en santé publique, dans l’industrie agroalimentaire, en entreprises et j’en passe parce que ce n’est pas le but de ma publication 😉 Bref, nous sommes LES expertᐧeᐧs en nutrition, mais devenons, par notre formation continue et notre expérience, expertᐧeᐧs dans un domaine x. Désolée de l’aparté, il fallait commencer par ça. 

Deuxièmement, moi, mon expertise, c’est les comportements alimentaires et la nutrition familiale. Pas la perte de poids par des diètes et des plans alimentaires.

 

Nous disions donc…pourquoi être une diététiste-nutritionniste anti-régime?

 

L’obsession du poids et la quête perpétuelle de la perte de poids ne mènent pas à la santé, bien au contraire. Savais-tu que les régimes ne fonctionnent pas dans 95% des cas? (1-2) Ça veut dire zéro perte de poids ou reprise du poids perdu (et peut-être plus) 2 à 5 ans après la fin du régime. Dans 95% des cas. C’est énorme! Vas-tu vraiment me dire que c’est par manque de volonté ou par paresse? Je n’y crois pas. Si on s’intéresse au fonctionnement du corps humain, belle machine soit dit en passant, on réalise que reprendre le poids perdu est un mécanisme de survie. Mécanisme naturel de protection en cas de famine. Je t’en parlerai prochainement en détails (abonne toi à l’infolettre pour recevoir l’information en premier!).

La grossophobie et la stigmatisation à l’égard du poids ont aussi des répercussions sur la santé physique et mentale tel que le stress, l’insatisfaction corporelle, faible estime de soi, augmentation du risque cardiométabolique, etc. (3-4) 

Si on, dans le sens large, te fait croire que ton corps n’est pas enviable, qu’il ne mérite pas d’attention ou de soin;

si tout ce que tu vois ce sont des méthodes pour perdre du poids pour retrouver ta confiance, ta santé, ton bonheur et pouvoir *enfin* porter un bikini ou un speedo sans T-shirt;

si ton entourage, ton médecin, les magazines que tu lis, les réseaux sociaux te *suggèrent* de perdre du poids « pour ton bien »;

C’est normal que tu te dises, « ben coudonc, il faudrait bien que je perdre du poids ». 

Par contre, tout ça fait que tu ne respectes pas ton corps. Tu le vois comme ton ennemi. Celui qui t’a failli en n’étant pas à l’image de ce que tout le monde souhaiterait qu’il soit. Si tu ne respectes pas ton corps et si tu ne crois pas que tu mérites d’être traitéᐧe adéquatement peu importe la forme et la grosseur de ton corps, il se peut que tu sois peu motivéᐧe à bien en prendre soin. La technique de la culpabilité est souvent vouée à l’échec…

Mon souhait? T’aider à te libérer de la culture des régimes et lâcher prise face au contrôle du poids. En étant à l’écoute de ton corps, tu vas apprendre à le comprendre et le respecter. Ça, ça inspire et donne envie de bien le traiter. 

Ton apparence n’est PAS un indicateur de ta santé et encore moins de ta valeur en tant qu’être humain. Tu mérites mieux que ça.

En passant, l’opposé des régimes, c’est l’alimentation intuitive (lire plus ici).

 

« Hmm intéressant, mais je ne sais toujours pas de quoi on va parler dans nos rencontres? »

 

Si tu es comme moi, tu hésites à consulter un nouveau professionnel de la santé tant que tu ne comprends pas ce qui va se passer durant les rencontres. Surtout si tu as eu de mauvaises expériences. Chaque rencontre est très différente d’une personne à l’autre. Je n’ai pas de modèle unique d’intervention parce que TU es unique et mérites que je te traite comme tel. Laisse-moi quand même te donner une idée des sujets qui peuvent être abordés.

 

L’écoute du corps

On va parler des signaux que t’envoie ton corps. Tu sais? La faim, la satiété, les émotions, la fatigue, le hamster qui spin dans ta tête et tout ça. Le but est de reprendre contact avec ton corps en rejetant toutes les règles que tu as accumulées au fil des années et des régimes. Tout un défi, j’en conviens. Prends une grande respiration. Ensemble, nous les démystifions une à la fois avec curiosité et sans jugement. Ça va bien se passer.

Je ne vais jamais te dire quoi manger et quoi ne pas manger, ni ne te jugerai sur tes choix alimentaires. Ton corps nous dictera la voie à suivre.

Une petite précision s’impose. Si, au fond de toi, tu souhaites toujours perdre du poids avec cette approche (ce que je comprends tout à fait) ou si tu es en phase active d’un trouble alimentaire, je te garantis qu’on ne commencera pas ici parce que l’alimentation intuitive deviendra pour toi un régime de « mange uniquement quand tu as faim et cesse quand tu es rassasiéᐧe ». Même si tu appelles ça « de bonnes habitudes ». Ton cerveau va vouloir te jouer des tours et te faire croire que tu n’as pas vraiment faim ou que tu dois être pleinᐧe maintenant parce que, eille un sandwich de 5’’ c’est suffisant (ta tête qui te parle, pas moi). 

Pas sûrᐧe de comprendre mon point? Ok on essaie une analogie. Disons que tu veux écouter ton amiᐧe qui te parle dans une pièce remplie d’enfants et d’animaux bruyants, la musique dans le tapis et la télévision qui joue ton émission préférée. Difficile de rester concentréᐧe non? Remplace ton amiᐧe par ton corps. Difficile d’être à l’écoute de ce qu’il te dit quand tu as 1001 règles alimentaires/coachs/professionnelᐧleᐧs dans ton subconscient qui jugent tes choix.

 

La fameuse balance

Non je ne vais pas te demander de te peser pour « suivre tes progrès ». Jamais. Je me répète : ton poids à lui seul n’est PAS un indicatif de ta santé. Sans la balance, que je t’invite bien gentiment à pitcher par la fenêtre, on peut se concentrer sur tes objectifs qui ne sont pas reliés au poids.

J’ai dit jamais, mais je dois ajouter un bémol… 

Dans les cas de troubles alimentaires (anorexie, boulimie, etc), c’est possible qu’on se doive de suivre l’évolution de ton poids pour s’assurer de la réalimentation de ton corps et travailler sur le pouvoir que le chiffre a sur toi. Unᐧe médecin et unᐧe psychologue sont généralement aussi impliquéᐧeᐧs. C’est du cas par cas rendu là, mais saches que nous pourrons toujours en discuter, en laissant la voix de ton trouble alimentaire en dehors de tout ça 😉

 

Suivi de ton cheminement

Ça se peut que je te donne des devoirs de type exercices pratiques ou de réflexion. Tu ne les fais pas avant notre prochain rendez-vous? N’annule surtout pas! On va discuter ensemble de ce qui s’est passé. Pourquoi tu n’as pas pu le faire? Qu’est-ce que ça a déclenché chez toi? Je ne serai pas fâchée contre toi et je ne te chicanerai pas, promis! Je m’attends à ce que tu fasses des erreurs. C’est normal. Pense à une vague quand tu imagines ce processus. Tu vas avancer, reculer, faire du sur place, mais toujours tu apprendras. Ensemble, soyons curieuxᐧses et apprenons pour la prochaine fois.

 

Et la nutrition dans tout ça? Ça reste important?

 

Évidemment! Je demeure l’experte en nutrition. Sauf que je ne suis pas l’experte de ton corps ni la police alimentaire. C’est pourquoi tu ne m’entendras jamais dire « bon, il va falloir que tu manges plus de légumes là ».  Je vais plutôt te guider en te posant des questions pour que tu trouves TES réponses qui TE conviennent. C’est en comprenant ton corps que tu vas avoir envie de le respecter et d’en prendre soin. Je vais parler davantage du 10e principe de l’alimentation intuitive « Honor Your Health with Gentle Nutrition » dans une publication à venir. Abonne-toi à l’infolettre pour ne rien manquer.

 

En bref

 

Nos sessions se veulent un moment de réflexion dans un environnement sans jugement rempli de compassion et de curiosité. Nous discutons de ta relation avec la nourriture et ton corps.

Ton corps n’est pas un problème qui doit être réglé. Ne travaillons pas contre lui. Mais avec lui.

Tu es prêtᐧe à te libérer des régimes et te retrouver? Clique ici pour prendre rendez-vous.

Toujours pas convaincuᐧe? Je me fais un plaisir de répondre à tes inquiétudes. Réserve ton appel d’exploration gratuit ici.

Lire plus sur ma philosophie ici.

(mise à jour 2019-12-07 afin de rendre le texte plus inclusif)

Références:

 

  1. MANN et al. (2007). « Medicare’s Search for Effective Obesity Treatments – Diets Are Not the Answer », American Psychologist Vol. 62, No. 3, 220-233.
  2. https://www.nytimes.com/1992/04/02/us/panel-criticizes-weight-loss-programs.html?fbclid=IwAR2nmhMtS7m3IWx1MsGVTvsxZqXV_Tn6sf14CItMK_xjr4jF6kGcUh8Qwuw, consulté 2019-09-29
  3. PEARL et al. (2017). « Weight Bias Internalization and Metabolic Syndrome », Obesity 25, 317-322
  4. VARTANIAN, Lenny R., PORTER, Alexis M. (2016). « Weight stigma and eating behavior: A review of the literature », Appetite 102, 3-14
Share This